Témoignages – Nutrition – Psychonutrition

Vous n'êtes pas seule

Bonjour,

Je profite de cet envoi mail pour vous remercier de votre travail. Ce livre est remarquable !
La part sur les émotions est juste et indispensable !
Moi j’avais déjà fait un gros travail sur ce côté et je suis diplômée en alimentation,  et pas novice en cuisine saine et familiale. Mais votre livre m’a tout de même apporté d’autres clés ou une vision plus juste sur certaines choses. En pédagogie aussi.
Alors bravo pour cet investissement. C’est en aidant chacune des lectrices que vous aidez chaque famille.
J’aime beaucoup votre travail,
Amicalement,
Valérie (France) – Juin 2018

****

 

Bonjour Madame Mahin,

Je vais répondre à votre questionnaire avec grand plaisir…

J’en profite également pour vous remercier car depuis nos deux consultations (et oui seulement deux), j’ai réellement pu changer mes habitudes alimentaires et cela continue.

Cela grâce à tous vos bons conseils reçus quotidiennement… via conférence, facebook et votre super bouquin 🙂 il m’accompagne dans ma cuisine de tous les jours!

Résultat : moins de fatigue, silhouette affinée,  bien dans ma peau et dans ma tête…

Par curiosité, je suis montée sur la balance la semaine dernière … 63 kilos! Je viens de 75 et même 80 après ma grossesse … 

Inespéré pour moi après tellement de régimes… bye bye les compulsions alimentaires en plus de tout cela.

Je continue à vous suivre et vous souhaite beaucoup de réussite dans tous les beaux projets entrepris! 

Bon lundi de pâques 

Virginie (Aywaille) – Avril 2018

 

****

 

Bonjour Geneviève,

Ce petit mail pour annuler mon RDV de mercredi à 9h45.

Je ne prendrai pas de nouveau RDV mais je tenais à vous remercier pour ce super suivi que vous m’avez proposé.

La dernière fois, vous m’aviez demandé si je voulais partager mon expérience mais j’avais l’impression de ne pas encore avoir fait « mes preuves » dans cette nouvelle alimentation!

Après 4 mois, je peux désormais dire que mon objectif est atteint: « ne plus me sentir dépendante du sucre »

Avant, dès le réveil, le sucre m’obsédait, je ne pouvais pas concevoir un petit déjeuner salé…

Au début je me suis un peu forcée, d’abord un jour sur 2 salé puis 2 jours sur 3 et je me suis habituée petit à petit!

Je ne vais pas vous mentir, il m’arrive assez souvent de remanger sucré le matin mais ça n’est pas systématique et surtout, je le choisis!

Je n’ai plus l’impression d’en avoir besoin et je m’autorise à manger sucré de temps en temps et cela sans culpabiliser…

J’ai renoué des liens avec le beurre dont je me privais depuis des années, je suis capable de manger une soupe comme unique repas et j’en fais minimum 4 fois semaine! Je grignote des carottes avec du houmous fait maison et je fais mes propres tartinades…

Je ne me prive de rien mais j’organise mieux mes repas.

Petit bonus: J’ai perdu 8 kilos! 😉

Merci Geneviève! Je suis en paix avec mon alimentation!  Bonne continuation!

Laura (Liège) – Février 2017 

 

****

 

Bonjour,

J’espère que vous allez bien. J’avais juste envie et besoin de vous exprimer toute ma gratitude. Vu que j’étais malade et en certificat pour la semaine, je me suis vraiment retrouvée. J’ai été seule à seule avec moi même pendant des jours et j’en ai profité pour réfléchir à tout ce dont on discute en séance et à parler avec moi-même (enfin plutôt avec mes parties de moi  ) une vraie schizo lol! Mais qu’est ce que ça fait du bien!

Je retrouve tous les jours un peu plus de joie, là au moment où je vous écris, je suis tellement heureuse que j’ai de la chaleur qui me traverse tout le corps!

J’avais envie de partager cela avec vous.

Merci infiniment et sincèrement pour votre accompagnement.

J’ai envie de crier mon bonheur de me sentir vivante. J’ai plus ressenti cela depuis lonnnnnngtemps

MERCI vous êtes formidable!!!

Muriel (Liège) – Février 2017

 

****

 

Quel plaisir et quelle émotion de t’avoir revue Geneviève.

Je viens d’aller sur ton blog (où je n’étais jamais allée!), j’ai lu TOUT et me voilà toute chamboulée.

J’ai retrouvé le maelstrom d’émotions qui me laminaient chaque fois que je sortais de chez toi et que je marchais jusqu’à mon travail pour bien vite oublier tout ça et me ressaisir, pour laminer l’angoisse d’avoir approché de si près, TROP près, le nœud de mon mal-être .

Et pourtant, là, maintenant je suis bien forcée de constater à quel point le travail amorcé avec toi continue vaille que vaille à faire son chemin au milieu de mes refus de voir et mes « à quoi bon ».

Sans même que je m’en rende compte, je réalise à quel point j’ai changé dans des tas de mini comportements, par rapport à mes achats, ma façon de cuisiner mais surtout le respect vis à vis de moi-même : « je ne mérite pas ça ». J’ai enfin entendu ma colère, même si je ne sais pas toujours d’où elle vient ni pourquoi, au moins je ne la nie pas, je l’accepte et je l’écoute.

Ma balance n’est toujours pas très sympa, mon souffle me ralentit bien souvent, et le chemin est encore long mais je l’arpente les yeux et le cœur grands ouverts et de ça je te remercie : me regarder sans critique et sans jugement, la phrase la plus puissante qu’on m’ait jamais dite! et c’est à toi que je la dois.

JOYEUX NOËL du fond du cœur.

Charline (Liège) – Décembre 2016

 

****

 

Bonjour Madame,

Je suis venue chez vous il y a un peu plus de 2 mois parce que j’avais des migraines terribles, et que nous pensions ma mère et moi que cela venait de ma façon de me nourrir.

Vous m’aviez conseillé un régime particulier, qui m’évitait le gluten, le lactose et surtout le sucre pour une période de 2 mois.

Vous m’aviez proposé de revenir vers vous et je suis ravie de vous apprendre que mes migraines ont disparu! J’ai également perdu pas mal de poids, ce qui n’est pas pour me déranger.

Vous m’aviez parlé d’une réorientation de cette alimentation au bout de cette période de 2 mois, mais je vous avoue qu’au final il me convient plutôt bien, et que je n’ai pas très envie de le modifier… Ceci dit, il est vrai que certains écarts sont difficiles à éviter, j’aurais donc aimé votre avis quant à ceux les « moins pires ».

Si vous jugez qu’au contraire il est nécessaire de changer mon régime alimentaire, en réintroduisant certains aliments petit à petit ou autre, je suis bien sur ouverte à tout ce que je peux faire.

Anna (Liège) – Décembre 2016

 

****

 

(Si je choisis de partager mon expérience publiquement aujourd’hui, c’est parce que Geneviève me l’a demandé en me disant que cela aiderait probablement d’autres personnes qui traversent les mêmes souffrances que celles que j’ai connues. C’est dans cette optique que j’ai choisi de le faire. Je lui ai demandé de modifier mon prénom.)

Je mange de façon compulsive parce que je suis anxieuse. Je ne sais pas pourquoi mais je ne peux pas m’arrêter. Je pense sans arrêt à manger. Le matin, je pense à tout ce que je vais manger pendant la journée et quand je m’endors, je pense déjà à ce que je vais manger le lendemain. C’est impossible de me retrouver face à de la nourriture et résister.

Je mange souvent quand je suis seule, je ne veux pas qu’on me voie. Je fais en sorte de n’avoir rien à la maison mais quand je commence à angoisser, rien ne peut m’arrêter, je fais tout pour trouver à manger. Après avoir mangé, je me sens horrible. J’ai honte et je culpabilise. J’ai peur de comment les choses évoluent parce que je me rends compte que je n’ai aucune prise la-dessus.

Souvent, après une crise, je me dis que je vais mettre quelque chose en place alors je suis un régime ou je me fais mon propre programme, je me mets des règles mais ça ne sert à rien et je me retrouve rapidement à manger comme avant.

Biensûr je prends du poids et je me sens mal parce que mes habits ne me vont plus, je ne suis plus jolie. Et du coup, je m’en veux, je suis triste et je mange. C’est vraiment un cercle vicieux.

Il y a deux ans, on m’a donné les coordonnées de Geneviève en me disant qu’elle pourrait peut-être m’aider. Je n’y croyais pas du tout,  mais quelques mois plus tard, après une crise particulièrement importante, j’ai pris conscience que je devais me faire aider et je l’ai appelée. La première chose qu’elle a faite a été de me rassurer et de me dire qu’on allait sortir de ça ensemble.

Nous avons commencé à travailler avec mon angoisse, ça a pris du temps. J’étais très impatiente et je n’arrêtais pas de lui demander quand j’allais être guérie, comment accélérer le processus, comment ça fonctionnait avec les autres etc. J’avais envie d’une solution magique et à dire vrai ça m’a pris du temps pour comprendre et accepter que c’est surtout une question de travail constant et de patience.

Chaque fois que je me sentais un peu mieux, j’arrêtais la thérapie en pensant que j’étais guérie mais évidemment, c’était à ce moment là que j’avais le plus besoin de travailler. Geneviève le savait et elle me laissait toujours l’espace et le temps de comprendre par moi-même que je devais aller plus loin. Un jour elle m’a expliqué que quand je me sentais mieux et que je voulais arrêter, il s’agissait d’une des parties de moi qui ne voulait pas aller plus loin en profondeur. Que cette partie me protégeait, croyant que je ne pouvais pas traverser et voir ce qui était tapi au fond de moi sans m’effondrer. Elle me comprenait et elle me rassurait en me disant qu’on irait ensemble jusqu’au bout, qu’elle ne me lâcherait pas et que c’était la seule solution pour apaiser mon comportement alimentaire.

Au début, je ne voulais pas le voir. J’étais complètement bloquée et au cours du travail il y a eu des moments où j’étais vraiment désespérée. J’étais complètement tétanisée et je n’arrivais à comprendre ce qu’elle disait quand elle me demandait ce que je sentais dans mon corps. Je n’avais absolument pas accès à tout ce qui n’était pas mon raisonnement. Je pouvais parler pendant une heure mais dès qu’on me posait des questions sur mes sensations, je me fermais. J’avais un million de défenses et Geneviève me rassurait en me disant que c’était normal. Elle m’expliquait que les raccourcis rationnels permettaient d’essayer d’éviter d’aller dans la souffrance.

En même temps, je voulais absolument stopper cette alimentation compulsive et retrouver de la sérénité. j’ai toujours été mince et jolie et même si ça peut sembler absurde, ça m’a toujours donné beaucoup de courage pour vivre ce que j’avais à vivre.

Le plus dur pour moi a été de faire confiance à Geneviève qui ne voulait pas travailler sur l’alimentation mais me proposait de faire confiance au processus, au travail intérieur. On travaillait avec les différentes parties de moi et petit à petit, j’ai senti que ça avait du sens. J’étais tellement impatiente. J’avais envie que ça aille vite.

Au départ, je ne comprenais pas pourquoi on ne travaillait pas sur mon véritable problème: la bouffe! Et Geneviève me répétait sans arrêt que c’était un symptôme, que si on travaillait sur ce symptôme et qu’on parvenait même à le faire disparaitre, quelque chose d’autre apparaîtrait pour me faire comprendre que ça n’allait pas à l’intérieur.

Petit à petit, avec de la patience, j’ai commencé à m’écouter, à entendre les différentes parties de moi. J’ai pu aller à la rencontre de ma souffrance liée à ma différence et à ma solitude. J’ai pu prendre soin des différentes parties blessées à l’intérieur de moi et me rendre compte que ça ne donnait pas plus d’importance à cette souffrance. J’avais peu d’être complètement submergée mais j’ai fait l’expérience avec Geneviève que je pouvais m’y confronter et que je restais stable, même si c’était difficile.

Je sens bien que quelque chose a changé en moi, mon rapport à l’alimentation est totalement différent. Il y a encore beaucoup de hauts et de bas, avec des moments d’euphorie et de désespoir mais je sens bien que je suis en train de bouger dans ce tunnel. Je ne suis plus prostrée dans ma souffrance.

Je suis toujours en travail avec Geneviève et je me sens mille fois mieux qu’avant. Ma relation avec la nourriture s’est normalisée et même si je suis consciente q’il y encore beaucoup de choses à travailler et que ce n’est pas encore fini, je me sens vraiment satisfaite des résultats obtenus jusqu’à présent. Merci.

Isabelle (Liège) – Décembre 2016

 

****

 

Bonjour Geneviève, je suis une des participantes de l’atelier cuisine de vendredi dernier. Rappelez-vous, c’est moi qui coupait les mangues en forme d’hérisson 🙂

J’ai apprécié à sa juste valeur votre prestation! Je suis moi-même suivie par un nutritionniste pour équilibrer mon alimentation après bien des soucis de santé.

Tout ce que vous avez fait et dit lors de l’atelier m’est entré dans la cervelle et je suis persuadée à présent que l’on peut cuisiner des repas magiques en jouant avec les aliments naturels et bios.

Votre entrée, le dessert, les légumes étaient magnifiques!

Je suis végétarienne ‘conciliante’ après avoir mangé de la viande pendant 59 ans. Et lorsqu’on me propose un savoureux magret de canard comme vendredi, j’aime le goûter pleinement et le manger en conscience.

Je voudrais vous dire que je vais proposer du vin bio en fin d’année à ma famille, et votre magret de canard figure au menu nouvel an de mon petit mari, de même que l’entrée. Quant à la mousse au chocolat et sa petite sauce aux noix de cajou, elle va faire fureur, je vous le garantis !

J’ai visité votre site, surtout ne lâchez pas, ce que vous faites aide vraiment à vivre dans un monde pétri de certitudes et lourd dans tous les sens.

Merci, Geneviève, et bon vent !

Geneviève (Bruxelles) – Décembre 2016

 

****

 

Au début de ma prise de poids il y a un peu moins de dix ans, j’avais gagné entre 5 et 7 kilos, j’ai eu tellement honte de ce nouveau corps qui ne me correspondait pas que je suis rentrée dans une spirale infernale. Pendant 9 ans j’ai enchainé les régimes de toutes sortes. Je perdais régulièrement quelques kilos, mais en me privant tellement que je finissais frustrée. Conséquence: je me jetais sur la nourriture et je regrossissais en reprenant plus de poids qu’avant le régime. Quand j’ai une crise, je peux manger 5 ou 6 croissants d’affilée ou une énorme portion de pâtes. J’ai besoin que ce soit très sucré ou très gras. Après la crise, je me sens apaisée, voire limite somnolente. Sur le moment, je suis moins angoissée, mais très vite, je culpabilise et je suis repartie pour un nouveau cycle de privations. J’en ai eu marre de tout ça, plus envie de régime et de yoyo, j’en pleurais tous les soirs. C’est en cherchant sur internet que je suis tombée sur le site de Geneviève Mahin. Au début, je ne voulais pas de ça. Pas envie de blablater, pas envie que ça prenne du temps. Mais j’ai pris rendez-vous et face à elle, je suis tout de même parvenue à mettre des mots sur certaines choses: mon besoin de perfection, ma recherche du corps idéal. J’ai aussi compris que même si je faisais en sorte de ne pas exprimer mes émotions comme ma tristesse ou ma rage, je ne pouvais pas y échapper. J’ai accepté que je n’étais pas coupable de ne pas être mince, de ne pas être parfaite. Pour la première fois en séances, j’ai eu l’impression de ne plus nier mes émotions. J’ai appris à les accueillir, à les vivre dans l’instant présent. J’ai aussi participé à un cycle de ‘Mindful Eating’ (Alimentation en Pleine Conscience, ndlr.) Pendant ces séances, j’ai appris à ne plus voir mon corps uniquement comme une enveloppe extérieure. Petit à petit, j’ai essayé de ressentir ce qui se passait à l’intérieur. Aujourd’hui, ce n’est plus juste mon reflet dans le miroir. C’est bien plus que ça. Manger est de nouveau un plaisir et non une urgence pour étouffer mes émotions.

J’ai commencé cette thérapie il y a un an. Petit à petit, je me détache de cette exigence de perfection. J’apprends à accueillir qui je suis comme je suis, même si ce n’est pas facile.  Avant, lorsque je me sentais triste, j’avais la sensation que j’allais tomber dans une sorte de gouffre duquel je n’arriverais jamais à ressortir. Du coup, je mangeais pour calmer ces angoisses. La thérapie m’a aidée à réaliser que je pouvais affronter mes peurs. Avec ma psychonutritionniste, j’ai pu expérimenter au cours des séances que mes émotions aussi fortes soient-elles, n’allaient pas me détruire. Qu’au fond, je ne risquais pas grand-chose, à part peut-être en être vraiment consciente. J’ai accepté l’idée de faire face à la tristesse, à l’angoisse et de les gérer en les accueillant, en acceptant qu’elles soient là et qu’elle fassent aussi partie de mon histoire malgré l’inconfort qu’elle peuvent procurer. Le point positif, c’est que je ne me rue plus sur la nourriture. Petit à petit, tout cela s’apaise.

Juliette (Ixelles) – Mai 2016

 

****

 

Bonjour Geneviève, j’ai participé durant les vacances 2015 à votre stage « Manger en Pleine Conscience ». En parallèle, début juillet, j’ai commencé à me désintoxiquer des glucides (sans être aussi radicale que ce que vous aviez mené en août… mais en pleine conscience)

Ce stage a été une vraie révélation ; je m’y replonge régulièrement quand je veille à déguster des aliments.  Je me nourris via tous mes sens ; je ne me jette plus directement sur la nourriture.

J’ai apprécié de ne pas être pesée, manger ce qui m’attirait en pleine conscience. Je ne sais pas combien de kilos j’ai perdu… Mais je me sens bien ; je n’ai pas l’impression de faire des efforts et j’apprécie beaucoup plus souvent ce que je mange.  Aujourd’hui, tout le monde me demande quel régime j’ai fait….  Je réponds que je n’ai pas fait de régime et leur parle de mon stage.

C’est bizarre, je n’avais pas l’impression de perdre encore du poids…tout cela se fait lentement et si naturellement.

Voilà, je tenais à vous faire part de mon vécu et vous dire encore merci pour m’avoir aidée sur le chemin et m’avoir fait prendre conscience de mon corps.

Je vous souhaite une bonne continuation.

Bien à vous

Carole (Marche-en-Famenne) – Avril 2016

 

****

 

Tout d’abord, j’espère que vous allez bien. Je vous écris un petit mail afin de vous expliquer mon we…J’ai mis en pratique vos conseils. Certes je dois avoir mis beaucoup plus que 3 heures pour en faire moins mais je l’ai fait et ça c’est déjà beaucoup! J’ai réalisé la purée de carottes avec la pâte de noix de cajou (peut-on congeler une partie??), les gâteaux aux pois chiches, les lentilles, sauce tomate (avec citronnelle) et riz ainsi que la salade de quinoa!!! Pas mal pour un début.

J’avoue que tout n’est pas parfait (j’ai fait 1kg de carottes… Vous imaginez la quantité de purée obtenue), je n’ai pas encore l’œil pour les cuissons, ni pour les quantités et je manque un peu (beaucoup) d’organisation mais je suis certaine que ça viendra et puis, j’ai investi dans un cuiseur vapeur pour des cuissons plus saines.

Et en plus, ce we j’ai réalisé des courgettes rondes farcies (la farce était à base de la chair des courgettes, de riz et d’oignons rouges) avec un pesto de cacahuètes/coriandre/huile de sésame avec en accompagnement des gambas (frais) au curcuma et à l’ail… J’avoue c’était bon.

Donc, je vous dis merci pour votre cours et j’espère que l’on se reverra bientôt pour d’autres recettes autour du déjeuner.

Bonne soirée et encore merci.

 

Catherine (Liège) Février 2016

 

****

 

Ces ateliers sont une source d’inspiration pour un changement alimentaire. J’aime le côté où chacun met la main à pâte s’il le veut. On participe activement, ce n’est pas une démonstration mais un moment de partage et d’apprentissage; d’échanges tant au niveau des recettes que du point de vue plus théorique. On cuisine sain et on déguste gourmand, on y prend beaucoup de plaisir!

Laurence (Liège) – Janvier 2016

 

****

 

Gene, j’adore ce que tu me fais faire! Imaginer manger du quinoa était de l’ordre de l’irréel avant de te rencontrer… C’est vraiment super top cette cuisine! Merci!

Marie (Sprimont) – Décembre 2015

 

****

 

Je pensais que manger salé le matin serait impossible. Quelle surprise, je n’ai plus faim avant 13.00. Ca a complètement changé ma vie, et ça commence tout doucement avec les petits aussi. Me manque plus qu’assister à l’atelier « tartinades et collations », peut-être au prochain cycle ;-). A bientôt et merci pour ce que tu fais.

Coralie (Bruxelles) – Septembre 2015

 

****

 

Le changement alimentaire mis en place en participant aux ateliers de Geneviève est vraiment facile. Il y a tellement de recettes originales, simples et rapides que ça donne tout le temps envie de cuisiner et manger sain, même si on est un homme célibataire

Cédric (Liège) – Juin 2015

 

****

 

Bonjour Geneviève, je l’ai compris, en matière d’alimentation, tout est à portée de main mais ça reste très difficile de trouver de quoi bien s’alimenter. N’étant pas du tout adepte de plats préparés, pour des raisons de santé, de goût et de philosophie, je me retrouve souvent face à un frigo vide! Votre service traiteur est une solution magique pour moi! MERCI! Je suis carrément devenue accro  ;-). Je ne prends pas un plat tous les jours, mais, lorsque je suis fatiguée, prise par le temps ou dans les embouteillages, savoir que je vais trouver à mon retour un plat savoureux et surtout très équilibré, réchauffé 20′ au four ou dans une casserole à feu doux, ça me permet de profiter pleinement des moments de détente de fin de journée. Et puis, le fait que la plupart des plats sont congelables et qu’une commande peut être consommée sur 2 voire 3 ou 4 semaines est un luxe! Vous me demandiez mon avis sur les proportions, et bien, je dois avouer que pour moi qui suis une bonne fourchette, elles sont amplement suffisantes… Je prends même parfois un plat pour deux repas! Donc MERCI, MERCI, MERCI, grâce à vous, sur quelques mois, non seulement j’ai récupéré de l’énergie mais en plus je suis vraiment moins stressée! Conclusion, ma prise de sang est sortie du rouge, et j’ai même perdu 3 kilos en 6 mois. Ce n’est pas énorme mais je me sens vraiment dégonflée et bien dans mes baskets!

Christine (Bruxelles) – Mars 2015