La chrononutrition fait-elle perdre du poids

Qu'est-ce que c'est et comment ça marche?

État des lieux

La chrononutrition, c’est le principe de manger de tout mais pas n’importe quand.

C’est en respectant un certain rythme pour les différents aliments que nous en obtiendrons le meilleur, tant au niveau de l’énergie que des neuromédiateurs.

En organisant son assiette en fonction des moments de la journée, on permet au corps de produire les hormones et neuromédiateurs au moment opportun et de respecter le rythme des cellules nous permettant d’avoir de l’énergie ou d’expérimenter la détente au bon moment.

Le corps a alors tendance à dégonfler et à retrouver ses contours d’origine. Parce que chaque cellule du corps présente des besoins en nutriments différents, l’alimentation doit être variée et riche en aliments bruts et non transformés.


Ça fonctionne comment?

La chrononutrition nous propose de faire sur la journée 4 repas, basés sur les productions de cortisol. Un premier le matin, avant 11.00, quand on sent que la faim gronde dans l’estomac, un deuxième entre 12.30 et 13.30, un troisième au moment du goûter entre 16.00 et 17.30 et un quatrième entre 19.00 et 20.30.

Il est évident que c’est un modèle et comme tous les modèles, à chacun de l’adapter à ses obligations et envies. Certains me disent « mais je n’ai pas faim le matin », c’est possible… Mais c’est quoi pour vous le matin? Et puis à quelle heure et qu’avez-vous mangé la veille au soir ?

Comme toujours, je vous invite à être attentive à votre bien-être et à vos sensations. On mange quand on a faim et on s’arrête quand on n’a plus faim 🙂 Simple non?


Le petit déjeuner

Une fois qu’on choisit de se mettre à table, qu’est ce qu’on mange ? Si on suit le rythme circadien et la production des différentes hormones dans le corps, on mangera plutôt gras, salé et protéiné le matin.

Pourquoi gras ? Pour obtenir une énergie importante pour la journée. Mais pas n’importe quel gras ! Du gras saturé et on n’aura pas peur de manger des aliments qui contiennent du cholestérol puisque 85% de la production de celui-ci est d’origine endogène, synthétisé par le foie dans les deux heures qui suivent le lever. En mangeant des aliments contenant du cholestérol le matin, par un système de rétrocontrôle, l’organisme diminue sa synthèse et équilibre du coup les taux.

Pourquoi protéiné ? Parce que c’est dans les protéines que l’on trouve les acides aminés précurseurs des neuromédiateurs nécessaires à notre mise en marche physique et intellectuelle : la dopamine et la noradrénaline. C’est l’assurance d’une bonne motivation ainsi que d’une capacité de réaction face au stress récurrent.

Pourquoi salé ? Parce que si on mange sucré le matin, on lance l’usine à insuline. Et là, c’est le début de la faim… L’insuline, c’est une hormone hypoglycémiante et anabolisante. C’est à dire qu’elle va prendre le sucre qui se trouve dans le sang après un repas et l’emmener vers les muscles, les cellules et les tissus pour créer de l’énergie. Mais plus l’apport en sucre est fort, plus sa production est grande et plus la chute est importante par après. Sa sécrétion dépend de la composition des repas mais aussi du rythme circadien. Sa sensibilité est très forte le matin puis décroît au cours de la journée et devient beaucoup moins réactive en fin de journée.

Ca donne donc (à vous de choisir ce qui vous convient) : Du pain non raffiné (à index glycémique modéré), de préférence bio et au levain, un peu de beurre, des aliments à base de protéines animales comme du fromage, du jambon, des œufs, du saumon, du thon, des sardines etc.  Pour les becs sucrés à qui ça convient, des flocons d’avoine, du lait d’amande ou d’épeautre, des fruits frais, secs et séchés, des graines. Je vous encourage alors à être attentive à ce que vous ressentez au cours de la matinée, ça ne convient pas à tout le monde !

Photo de la galerie
Photo de la galerie
Photo de la galerie

Le lunch

Le lunch sera dense et nourrissant pour reprendre des forces. A base de protéines, d’un peu de sucres lents pour l’énergie, d’une ou deux cuillers de graisse crue et originelle (un peu d’huile d’olive vierge par exemple) et de légumes. De la viande ou du poisson (pour celles qui sont vraiment perdues avec les quantités, je dirais entre 100 et 125gr mais c’est à vous de sentir ce qui vous convient), accompagné de crudités et/ou de légumes cuits (en fonction de son système digestif) ; avec un peu de riz ou de pommes de terre…

L’apport de protéines à midi apporte une satiété prolongée et son association avec des légumes permet de respecter un bon équilibre acido-basique.

Photo de la galerie
Photo de la galerie
Photo de la galerie

Le goûter

Vers 16.30, je parie que vous avez la dalle ! C’est normal… Et ça tombe bien puisque c’est le moment de lorgner vers le sucre. Les récepteurs à insuline sont alors bien moins gourmands et donc moins réactifs. Il y a moins de risque de se choper un gros pic hypoglycémique après. On veillera cependant à une bonne combinaison : des graisses végétales marquant le début des apports d’oméga 3 et des fruits (chocolat noir, oléagineux, fruits frais et séchés).

Cette combinaison sucre-protéines favorise la pénétration du tryptophane (l’acide aminé précurseur de la sérotonine) au niveau du cerveau.  La sérotonine, c’est l’hormone du bien-être mais aussi le précurseur de la mélatonine qui vous aide à vous relaxer et à dormir (c’est pour cela que des féculents à midi vous poussent à un petit somme dans l’après-midi !). Ces deux hormones favorisent également la sérénité, la détente, la tolérance aux frustrations et la réduction des tendances compulsives.

Photo de la galerie
Photo de la galerie
Photo de la galerie

Le dîner

Le dîner sera léger et pas trop tardif pour reposer l’estomac et préparer le corps à sa régénération nocturne. Une salade ou des crudités assaisonnées d’huile polyinsaturée (colza, cameline, lin, noix) ; un poisson gras (2 à 3 fois par semaine) ou une viande maigre ; des légumes verts cuits à volonté et une ou deux cuillers à soupe de quinoa, pommes-de-terre, riz complet etc. On évitera à tout prix les glucides à index glycémique élevé (pain blanc, purée, pâtes, miel, sucreries) qui provoquent une forte augmentation de la sécrétion d’insuline, parce que comme cette insuline a aussi un rôle lipogène, elle limiterait alors l’impact de la lipolyse nocturne.

Les acides gras poly-insaturés sont à privilégier le soir pour participer à la régénération des cellules, mais en quantité raisonnable compte tenu de leur apport énergétique. Les protéines fourniront les matériaux pour la multiplication et les réparations cellulaires.

Photo de la galerie
Photo de la galerie
Photo de la galerie

Conclusion

La chrononutrition n’est pas un régime mais elle peut vous aider à perdre du poids.

En effet, sans y penser, mais en organisant vos repas en fonction des rythmes naturels et automatiques du corps, la silhouette en viendra à s’affiner naturellement.

Evidemment, vous savez que je ne pense pas qu’une perte de poids résulte d’un seul facteur. Bien entendu, il faut vérifier l’ensemble des portes d’entrée: émotionnelle, physiologique, hormonale, consciente etc.

Mais il est évident que ce que l’on met dans notre corps en définira aussi les contours…

A vous de choisir 😉

 

Pour trouver des recettes en fonction des moments de la journée, découvrez mon livre!

Je partage !

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *