Comment arrêter le sucre!??!

Pas si simple mais on y arrive!!!

État des lieux

J’adore le sucre, ce n’est un secret pour personne. J’aime la douceur qu’il m’apporte, le réconfort, le bien-être que je sens immédiatement après, le calme après certaines tempêtes. Je sens presque toutes mes cellules qui frétillent quand j’approche une gourmandise de ma bouche.

Après, évidemment, c’est la dégringolade… Mes cellules sont amorphes, mon ventre est ballonné, je suis fatiguée (et avant, mais ça c’était avant, je culpabilisais !). Rien de neuf sous le soleil, vous avez déjà entendu ça mille fois.

Oui, sauf que cette fois, j’ai eu envie d’arrêter.

Là, maintenant?

Pas pour toujours de la vie de la mort mais quand même pour de bon, c’est à dire pas dans le cadre d’un « régime ». J’abhorre ce mot.

Il sonne faux, il manipule, il est source de toutes sortes de tristesses, de souffrances. Non, pas de régime. Simplement, j’arrête le sucre maintenant parce que je sens que c’est ce qui est bon pour moi. Je n’ai pas besoin d’attendre lundi pour m’y mettre. J’ai commencé là tout de suite, à 16.00, quand je me suis rendue compte que j’étais à nouveau ballonnée comme si j’étais enceinte de 6 mois, juste parce que je me suis autorisée un morceau de chocolat.

Je crois que c’est une sacrée expérience. Assez extrême si on y pense bien… Le sucre est partout ! J’m’en fous, je tente le coup.

C'est normal d'aimer le sucre!

Jan Chozen Bays, elle dit que c’est normal qu’on ait envie de manger du sucre :

Pourquoi a-t-on tellement envie de sucre ? Pour plusieurs raisons, physiques et psychologiques.

Déjà avant notre naissance, nous avons une préférence pour ce qui est sucré. Ainsi, on a observé que les fœtus, qui avalent constamment du liquide amniotique, en avalent davantage lorsqu’on ajoute du sucre à ce liquide normalement salé.

Puis, notre premier aliment, le lait maternel, est sucré.

Ce goût sucré a aussi un effet rassurant sur nous, car il indique qu’une plante ou qu’un fruit est comestible. C’est la saveur amère qui signale souvent qu’une plante contient des alcaloïdes dangereux.

Le sucre fait donc partie de notre histoire alimentaire depuis le début.

Jan Chozen Bays, Manger en pleine conscience, p145 et suivantes.

Plein de sucre

Je choisis d’arrêter le sucre parce que je m’en sens dépendante, parce qu’il m’en faut toujours plus, parce que je sens que ça change mon comportement. Bref, pour moi c’est une drogue!

Pas pour tout le monde, je suis d’accord. Certaines personnes me disent pouvoir s’en passer allègrement pendant 2 semaines, et qu’elles sont écœurées par un chokotoff! Moi, pour m’écœurer, il me faut la moitié d’une bombe au chocolat du Pain Quot’ suivie d’une boite de caramel et d’une glace triple boules, et encore… Bref, j’adore le sucre et il me le rend bien.

Vous allez me dire « Oui, mais il y a sucre et sucre », c’est vrai. Mais dans le cas d’une désintox, c’est l’ensemble des sucres qu’il faut supprimer.

Rendons à César ce qui lui appartient, je m’inspire du livre de Sarah Wilson. Cette journaliste Australienne, présentatrice de télévision est aussi bloggueuse et passionnée de nutrition. Son livre a été une belle source d’inspiration même si j’y ai relevé deux trois choses avec lesquelles, je ne suis absolument pas d’accord 🙂 Ben oui, quand même…

Si vous voulez une approche plus sérieuse, donc quand même aussi, plus juste, je vous conseille les livres de Taty Lauwers, dont, justement, celui sur les sucres.

Il existe PLEIN d’infos sur le net. En tous genres. Faites juste gaffe… Une bonne base serait le site consacré au régime des glucides spécifiques (RGS), comprenez « Alimentation et glucides spécifiques »

Sarah Wilson

Bon, comment elle fait Sarah Wilson ? C’est simple, elle y va franco, en 8 semaines. Point. 8 semaines.

Son livre est bien fait, c’est ce qui m’a donné le déclic… Je m’en suis pas mal inspirée, y a plein de recettes dedans qui valent le détour (Essayez quand même de baisser les températures qu’elle propose ! 230°, non mais ?? Et de pas prendre trop de laitages non plus… Faudrait pas se causer une intolérance pour le même prix !)

Comme elle, je pensais que je ne mangeais pas tant de sucre que ça puisque je ne consomme ni sodas, ni sucreries, ni biscuits, ni pâtisserie (100gr de bonbons Haribo tous les trois mois quand même)

Mais en fait, du sucre, y en a partout… Dans le chocolat dont je mange un carré à 16h, accompagné d’ailleurs de fruits séchés et de fruits frais, dans le riz que je mange avec mes lentilles, dans le pain du matin, et quelques douceurs en sortie, dans le vin (oui, oui, j’ai dit que je croyais qu’il n’y en avait pas dans le vin, mais je me suis trompée, y en a quand même un peu). Sauf que mis bout à bout, ça fait en fait un paquet de sucre :-/

Si on veut faire comme avant (y a des milliers d’années), on devrait manger l’équivalent de 6-9 càc de sucre par jour… C’est ce que notre organisme peut gérer tranquillement.

De la graisse alors

8 semaines, ça semble long mais ce sont les 2-3 premières semaines qui sont difficiles parce que c’est la phase « detox »… Après, ça devient du gâteau (sans sucre), C’est ce qu’elle dit la dame, essayons donc, on verra en cours de route…

Par contre, il faut arrêter tout : sucre ajouté, fruits, jus, amidon, miel, alcool et tous les édulcorants.

Juste pour info, on est passé d’une consommation de sucre de 500gr par an et par habitant avant 1800 à plus de 70kg en 2015 !

Sachez aussi que tous les produits lights sont additionnés de sucre… Plus on allège un produit en graisses, plus on ajoute du sucre.

Le calcul n’est pas très bon, puisque si on a besoin de bonnes graisses originelles, on n’a absolument pas besoin de sucre qui va illico se transformer en graisse… abdominale.

Mais arrêter le sucre, c’est un choix que je fais pour me faire du bien!  Je choisis de le faire! Si on entre dans un processus de restriction cognitive, c’est foutu.

L’idée n’est pas d’arrêter le sucre

  • parce qu’on n’a pas le choix

  • parce qu’on doit mincir

  • parce qu’il le faut

Je choisis d’arrêter le sucre pour prendre soin de moi, vous me suivez ?

Quel rythme?

Bon, Sarah, elle suit un truc assez progressif dans son bouquin… Moi, j’ai décidé de le faire un peu à la sauvage et j’ai tout arrêté sur un coup de tête.

Ben oui, en fait j’étais en train de me demander quel serait le meilleur moment pour arrêter : de l’été ou de l’hiver, du mois d’octobre ou de janvier quand je me suis rendue compte qu’il n’y aurait pas de bon moment mais seulement une envie, une intention, un désir. Qui était là, bien présent, j’ai sauté sur l’occasion.

Mais faut pas se leurrer, retirer le sucre ce n’est pas anodin, ni socialement, ni physiologiquement, ni psychologiquement. Voici donc comment elle propose de faire, en douceur :

Programme (tiré du livre de Sarah Wilson « C’est décidé j’arrête le sucre »)

La première semaine, on va commencer bien entendu par retirer tout ce qui relève du sucre ajouté
La deuxième semaine, on commence à ajouter de la graisse
La troisième semaine, on stoppe tous les sucres, tous ! On traque ceux qui sont cachés
La quatrième semaine, on tient
La cinquième semaine, on détoxifie, on expérimente
La sixième semaine, on réintroduit un peu de douceur
La septième semaine, on apprivoise ses choix
La huitième semaine, on est bon, on déguste sa nouvelle vie 🙂

Après quelques semaines, j’ai réintroduit un peu de sucre avec plaisir, que je déguste désormais en conscience 🙂

Je partage !

Laissez votre commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *